Avec sa Pilsner, sa Becherovka et ses bars à Absinthe, la République tchèque est souvent associée au party. Il n’y a qu’à faire un petit tour à Prague, sa capitale, pour le constater. Chaque soir, ses rues sont prises d’assaut par les jeunes et moins jeunes venus y faire la fête, certains jusqu’à ne plus être aptes à enchaîner quelques tchin tchin tchèques sans bafouiller. Mais pas nous. Un autre plan beaucoup plus épique nous attendait : boire de l’eau.

La tradition des thermes en République tchèque

À un jet de pierre de Nuremberg se trouve la Bohême occidentale, région boisée de la République tchèque adossée à la frontière allemande. Entre ses collines verdoyantes se cachent des villes et des villages d’antan où jaillissent des sources thermales aux vertus thérapeutiques. Les gens s’y pressent depuis des centaines d’années pour jouir des bienfaits des eaux minérales en y faisant trempette ou en en buvant, tout simplement. Une tradition séculaire adulée par des personnages aussi célèbres que Pierre le Grand, Chopin et l’Impératrice Marie-Thérèse.

Un bon matin, intrigués par ces eaux dites curatives et poussés par nos courbatures post-GR20, nous prenons la route en direction du fameux triangle thermal de la Bohème occidentale. Au programme : un road trip de deux jours pour déguster les eaux de Mariánské Lázně et de Karlovy Vary. Voici ce que nous a réservé notre première journée.

Les sources thermales de Mariánské Lázně

Marienbad en République tchèque

Mariánské Lázně se manifeste au détour d’une route sinueuse, dévoilant de grandioses façades ocres, vestiges d’un passé glorieux. Malgré ses grands airs, la station thermale n’est plus que l’ombre de ce qu’elle était à la fin du XIX siècle et au début du XXe. Alors connue sous le nom de Marienbad, la célèbre ville d’eau fourmillait d’aristocrates et d’artistes de renom, qui ont depuis fait place à quelques têtes blanches venus d’Allemagne et de Russie en quête d’un remède miracle.

Marianske Lazne - Colonnade

Les colonnes de Mariánské Lázně en République tchèque

Mariánské Lázně, Lazenska et la fontaine chantante

Impossible ici de plonger dans un bain public. On doit se contenter de flâner autour de la colonnade de Lazenska en tentant de se projeter au siècle dernier malgré les stands qui façonnent désormais le décor. Je ne vous le cacherai pas, sous les voûtes ornées de fresques d’une autre époque, l’atmosphère est plutôt tristounette. Nous sortons, déçus, pour découvrir les alentours de la fontaine chantante. Legs de l’ère communiste, celle-ci performe désormais aux heures impaires des classiques au rythme de ses jets d’eau, dont une pièce de nulle autre que… Céline Dion ! Nous n’étions pas peu fiers.

Sous les colonnades de Marienbad ou Marianske Lazne

La tradition thermale de « prendre les eaux »

Mais le meilleur est à venir. Entre les murs du pavillon de la Croix, nombreux sont les curistes qui s’adonnent à une sérieuse dégustation. Tasse au bec, ils suivent à la lettre le protocole établi par leur médecin dans l’espoir d’une éventuelle guérison. Un spectacle étonnant pour deux Québécois n’ayant pas l’habitude des traditions thermales.

Et on ne rigole pas avec la précieuse eau : interdiction d’en recueillir avec les mains ou de remplir le fond d’une vieille bouteille d’eau vide. Francis l’apprend à ses dépends lorsqu’il se fait prendre la tête sous le robinet par la gardienne des lieux. Derrière son comptoir où elle conserve les tasses des habitués, elle nous offre deux choix : payer pour un petit verre de plastique ou acheter l’une des fameuses tasses de porcelaine avec un bec verseur intégré à la poignée. Au diable les dépenses, on se laisse finalement tenter par le summum du kitsch.

Il n’y a plus que les grimaces pour dénoncer nos statuts de novices. Elle a beau guérir les infections urinaires ou les maladies chroniques, l’eau minérale de Mariánské Lázně a le goût des oeufs pourris et du métal rouillé. Toutes à des degrés différents, bien sûr, en raison des compositions uniques de chacune des 40 sources qui coulent dans ses sols. Reste qu’après avoir «pris les eaux», comme le disent les spécialistes, nous n’avions qu’une envie : chasser cet arrière-goût désagréable avant de reprendre la route en direction de Karlovy Vary.

Restaurant typique à Marienbad

Se rendre à Mariánské Lázně

La ville est située à 150 km à l’est de Prague, capitale de la République tchèque. Vous mettrez environ deux heures en voiture pour y arriver. Des trains rallient aussi Prague à Mariánské Lázně en près de 3 heures. Pour consulter l’horaire, c’est par ici.

Écrire un commentaire sur «Tchin tchin tchèque»


Laisser un commentaire